En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

La luzerne, une solution pour les pollinisateurs

En Champagne Ardenne, les pollinisateurs souffrent d’un manque de ressources alimentaires en début et en fin d’été. Ce constat, les apiculteurs l’ont partagé avec les agriculteurs, et des solutions ont été imaginées ensemble : utiliser les parcelles cultivées en luzerne pour compléter les ressources mellifères pour les pollinisateurs, et ainsi renforcer les services environnementaux liés à la pollinisation.

Autour d’un projet Apiluz, Symbiose, une association regroupant agriculteurs et acteurs locaux, la Région Grand Est, la coopérative Luzéal, ont décidé d’expérimenter des bandes de luzerne non fauchées pour permettre la montée en fleurs de la luzerne.

Epiterre s’appuiera sur ce projet, pour développer et faire émerger des projets « ressources pour les pollinisateurs », en Champagne Ardenne et dans d’autres régions.

De 2014 à 2016, cette expérimentation a été conduite à l’échelle d’une commune dans la Marne. Beine-Nauroy : 3 525 ha de SAU dont environ 400 ha de Luzerne. Des Bandes de Luzerne Non Fauchées (BNF) sont laissées dans  des parcelles pour favoriser le fleurissement et ainsi augmenter la ressource alimentaire pour les pollinisateurs.

Cette expérimentation a permis à l’association, aidée d’experts écologiques de constater plusieurs résultats.

Pour les pollinisateurs :

  • La période de floraison de la luzerne est multipliée par 2 à 3 (de juin à mi-septembre),
  • Une présence régulière de jeunes fleurs de luzerne,
  • Un gain de fréquentation des parcelles de luzerne jusqu’à 20 %, notamment pour les papillons et les abeilles domestiques.

Pour l’apiculteur :

  • Un meilleur dynamisme et un nombre d’abeilles plus important dans les colonies grâce à un apport de ressource florale plus précoce,
  • Une prise de poids des ruches plus rapide et plus importante,
  • Une production de miel qui augmente d’environ 24 %.

Pour l’agriculteur :

  • La localisation de la BNF en milieu de parcelle limite la présence d’adventices dans celle-ci,
  • La présence et la bonne santé des pollinisateurs est favorable aux cultures ayant besoin de pollinisation (colza, tournesol, légumineuses portes-graines…).

Différents acteurs ont été mobilisés sur le projet expérimental

  • 16 agriculteurs d’une commune
  • Adasea, pour la dynamique des territoires
  • Coopératives de Déshydratation de Luzerne
  • Réseau Biodiversité pour les Abeilles
  • Symbiose
  • la Région Grand Est